Les 20 Km de Bruxelles se préparent. Le 31 mai 2009, à 15h nous aurons des fourmis dans les jambes!  A vos agendas

 
OOPS. Your Flash player is missing or outdated.Click here to update your player so you can see this content.
Accueil
Qui sommes nous ?
Projets
Le Forum
Témoignages
Agenda
Nous soutenir
Informations
Publications
News

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

Statistiques

Membres: 13983
Publications: 166
Liens: 40
Visiteurs: 2899449
You are here: Accueil arrow Informations arrow Rubrique du Dr Sirop
Rubrique du Dr Sirop
La transposition des grands vaisseaux Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

La transposition des grands vaisseaux

La transposition des gros vaisseaux ou TGV se définit par une inversion (transposition) des gros vaisseaux c’est à dire l’artère pulmonaire et l’aorte. L’aorte (Ao), au lieu d’être connectée au
ventricule gauche (VG), sort du ventricule droit (Vd) et l’artère pulmonaire (AP) du ventricule gauche. Il en résulte que le sang bleu, désoxygéné en provenance du corps via les veines caves, est donc renvoyé vers le corps via l’aorte tandis que le sang rouge, oxygéné, en provenance des poumons
est renvoyé vers les poumons. Il y a donc deux circuits séparés, le rouge et le bleu, complètement inefficaces qui ne permettent pas d’oxygéner les différents organes. Cette malformation est incompatible avec la vie en l’absence de communications entre ces deux circuits .

Image
Figure 1: En cas de TGV , l’aorte (Ao) sort du ventricule droit (VD) et amène donc le sang bleu vers le corps. Le ventricule gauche (VG) éjecte le sang rouge vers les poumons (AP). La présence (souvent transitoire) du canal artériel (CA) et du foramen ovale (FO) permet un certain degré de mélange entre la circulation ‘bleue’ et ‘rouge’.

Lire la suite...
 
La résonance magnétique nucléaire cardiaque Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

La résonance magnétique nucléaire cardiaque

Extrait d’une présentation du Dr Moniotte

Image
La résonance magnétique nucléaire (RMN) ou imagerie par résonance magnétique (IRM) est un examen qui permet d’obtenir des images très précises en 3 dimensions, par tranches, d’une partie de votre corps (coeur, cerveau, colonne vertébrale, articulations,…). Cette technique utilise un champ magnétique (aimant) et des ondes radio. L’examen rend possible l’analyse précise d’un endroit du corps afin de déterminer l’origine d’un problème de santé.
 

L’IRM cardiaque repose en fait sur l’excitation des noyaux d’hydrogène de l’organisme par impulsions de radiofréquence, qui permet d’obtenir une image des organes intra-thoraciques sans limitation liée à la composition des tissus. Contrairement à l’échocardiographie pour laquelle la pénétration du faisceau d’ultrasons dans les tissus est entravée par l’interposition de tissu pulmonaire ventilé, empêchant une évaluation cardiaque satisfaisante chez environ 10% des patients, l’IRM cardiaque procure des images diagnostiques chez tous les patients, indépendamment de leur morphologie.

Lire la suite...
 
Le Pacemaker Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Le Pacemaker

Extraits d’interviews du Pr Scavée et du Dr Cecilia Gonzalez

Image 

Dans des conditions normales, les battements du coeur sont provoqués par une petite zone située dans l’oreillette droite: le noeud sinusal. Sa fonction est de produire des impulsions électriques régulières qui vont générer les contractions du muscle cardiaque. Parfois, la production de ces impulsions est perturbée ou le courant délivré ne circule plus correctement à travers le coeur. Résultat: les battements cardiaques sont interrompus, entraînant une chute brutale du débit sanguin vers tous les organes. Pour le patient qui en souffre, la réduction de perfusion du cerveau provoque une syncope, c’est à dire une perte de connaissance totale, pratiquement sans signes avant-coureurs. D’une durée variable, mais souvent brève, la perte de connaissance est susceptible d’entraîner des blessures lors de la chute.

Lire la suite...
 
L’épreuve d'effort en pédiatrie Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

L’épreuve d'effort en pédiatrie

Dr Stéphane Moniotte (propos recueillis par C. Bleus)

Image 

En 2009, le Service de cardiologie pédiatrique a acquis du matériel encore plus adapté aux épreuves
d’efforts pour leurs petits patients. Ce test consiste à mettre l’enfant en situation de manière à
reproduire des efforts identiques à ceux effectués dans la vie courante ou durant une activité sportive.
“Il s’agit pour l’enfant de fournir un effort maximal qu’il ne reproduira plus par la suite, en le
poussant dans ses dernières limites”, explique le Pr Stéphane Moniotte, Chef de Clinique associé au
Service de cardiologie pédiatrique. L’épreuve d’effort est réalisée chez les enfants ressentant des
douleurs ou malaises à l’effort, souffrant de cardiopathie congénitale ou de trouble du rythme
cardiaque. Le test peut également être utilisé pour évaluer les performances des jeunes sportifs de
haut niveau.

Lire la suite...
 
Risques de récidive de malformation cardiaque Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Risque de récidive de malformation cardiaque au sein d'une famille. (1998)

Une des questions fréquemment posées est le risque, dans une famille où il y a déjà un enfant atteint d'une malformation cardiaque, que de futurs frères et soeurs soient atteints d'une malformation similaire.

Ce risque est faible, de 2 à 4 %, comparativement à un risque de 1 % pour les familles où il n'y a pas d'enfant atteint de malformation cardiaque. Ce risque faible ne devrait probablement pas modifier les projets des parents quant à la possibilité de grossesses futures.

Lire la suite...