Si vous souhaitez nous donner un petit coup de pouce financier, votre contribution est la bienvenue sur notre compte

001-2723026-21
IBAN : BE17 0012 7230 2621
BIC : GEBABEBB
Tout don à partir de 40 € donne droit à une exonération fiscale.

 
OOPS. Your Flash player is missing or outdated.Click here to update your player so you can see this content.
Accueil
Qui sommes nous ?
Projets
Le Forum
Témoignages
Agenda
Nous soutenir
Informations
Publications
News

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

Statistiques

Membres: 14089
Publications: 167
Liens: 40
Visiteurs: 3079597
You are here: Accueil arrow Informations arrow Dossiers thémathiques arrow DOSSIER: La coarctation de l'aorte
DOSSIER: La coarctation de l'aorte Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Index de l'article
DOSSIER: La coarctation de l'aorte
Page 2
Page 3

La coarctation de l'aorte par le Dr. C. Ovaert

Description

Le terme ‘coarctation de l’aorte’ signifie un rétrécissement de l’aorte dans sa portion descendante (figure 1). Ce rétrécissement gêne le passage du sang dans sa route vers la partie inférieure du corps.
 

 Image

Figure 1a : cœur normal : la partie ‘droite’ du cœur (gauche de l’image) comporte l’oreillette droite (OD) et le ventricule droit (VD), qui éjecte le sang désoxygéné (bleu) via les artères pulmonaires (AP) dans les poumons. La partie gauche du cœur (à droite de l’image) comporte l’oreillette gauche (OG), et le ventricule gauche qui éjecte le sang oxygéné (rouge) dans l’aorte (Ao). L’aorte donne naissance aux vaisseaux qui amènent le sang vers la tête et les bras(vaisseaux du cou) puis se courbe pour se diriger vers l’hemicorps inférieur (crosse de l’aorte).
Figure 1b : en cas de coarctation de l’aorte, il existe un rétrécissement de l’aorte, juste après l ‘émergence des vaisseaux du cou (*).


On distingue habituellement la coarctation se présentant chez le nouveau-né et celle se manifestant plus tard.

Lorsque la coarctation se présente en période néonatale (décrite comme forme ‘néonatale’), le canal artériel est souvent encore perméable (figure 2). Le canal artériel est un petit conduit présent normalement pendant la vie fœtale entre l’aorte descendante et l’artère pulmonaire. Celui-ci permet au sang éjecté par le ventricule droit de court-circuiter les poumons, peu fonctionnels avant la naissance. Ce canal doit normalement se fermer pendant la première semaine de vie. Lorsqu’un nouveau-né présente une coarctation, initialement, le canal artériel permet d’amener du sang vers l’hémicorps inférieur, court-circuitant ainsi l’endroit rétréci de l’aorte, mais également les poumons. Ce sang qui n’est pas passé par les poumons est bleu (désoxygené), ce qui peut donc donner un aspect plus ‘cyanosé’ (‘bleu’) à l’hémicorps inférieur. C’est souvent lors de la fermeture du canal que le nouveau-né va avoir des signes cliniques. En effet, la fermeture du canal, qui se fait au moyen de petit muscles engainant le canal, va également serrer davantage la coarctation. La perfusion sanguine et par conséquence la bonne fonction des différents organes de l’hémicorps inférieur (reins, foie, intestins…) est alors insuffisante. Le ventricule gauche, fait alors face à un obstacle important et peut rapidement se fatiguer (décompensation cardiaque) et amener à état de choc cardiogénique (mauvaise vascularisation de tout le corps avec hypotension artérielle).
Chez ces nouveau-nés se présentant avec coarctation, la crosse de l’aorte est très souvent (mais pas toujours) plus petite que normalement (hypoplasie de la crosse de l’aorte), ce qui majore encore l’obstacle (figure 2). Il peut également y avoir d’autres anomalies associées comme une CIV (communication interventriculaire), une bicuspidie aortique (présence de 2 feuillets au niveau de la valve aortique, à la place de 3 normalement) avec ou sans sténose aortique associé, une sténose mitrale ...

En dehors de la période néonatale, la coarctation se présente plus souvent comme un rétrécissement localisé, sans canal artériel perméable et sans hypoplasie trop importante de la crosse de l’aorte. Ceci est en général appelé la forme ‘adulte’, bien qu’elle puisse également se rencontrer chez le très jeune enfant (figure 2). Le développement plus progressif de l’obstacle, engendre ici un épaississement du muscle cardiaque, qui parvient ainsi (au début en tout cas) à vaincre l’obstacle. Ceci engendre toutefois un excès de pression (hypertension artérielle) en amont de l’obstacle (hémicorps supérieur : cerveau, bras, artères coronaires), ayant des conséquences néfastes. Il peut également y avoir des anomalies associées, en particulier la bicuspidie aortique.
            
 Image

La coarctation peut s’inscrire dans un contexte de malformation cardiaque plus complexe comme le ventricule unique, le canal atrioventriculaire complet, … Nous ne parlerons dans cet article que de la coarctation isolée ou se présentant comme la malformation principale.
La coarctation représente à peu près 5% des malformation cardiaques congénitales.
Elle peut, bien que rarement lorsque la coarctation est isolée, s’associer à d’autres malformations non cardiaques ou être associée à des anomalies chromosomiques comme le syndrome de Turner par exemple.   



 
< Précédent   Suivant >