Les 20 Km de Bruxelles se préparent. Le 31 mai 2009, à 15h nous aurons des fourmis dans les jambes!  A vos agendas

 
OOPS. Your Flash player is missing or outdated.Click here to update your player so you can see this content.
Accueil
Qui sommes nous ?
Projets
Le Forum
Témoignages
Agenda
Nous soutenir
Informations
Publications
News

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

Statistiques

Membres: 13931
Publications: 166
Liens: 40
Visiteurs: 2804526
You are here: Accueil arrow Informations arrow Dossiers thémathiques arrow DOSSIER: Transposition des gros vaisseaux (TGV)
DOSSIER: Transposition des gros vaisseaux (TGV) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Index de l'article
DOSSIER: Transposition des gros vaisseaux (TGV)
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5
Page 6

Diagnostic
Une cyanose ne répondant que faiblement à l’oxygène administré, une absence de souffle cardiaque et certaines caractéristiques à la radiographie du thorax, permettront au pédiatre d’évoquer l’existence d’une TGV.
C’est l’échocardiographie qui permettra de poser le diagnostic de certitude.
Cet examen permettra aussi d’évaluer le degré d’ouverture du canal artériel et du foramen ovale et donc l’urgence d’un traitement approprié. Il permettra également exclure d’autres anomalies associées. Un tiers des enfants avec TGV présentent par ailleurs des anomalies des artères coronaires (figure 4), qui pourront parfois être dépistées par l’échocardiographie.

  Image

Diagnostic fœtal (Dr . C. Barrea) :
Actuellement, il est possible de faire le diagnostic in utero (càd avant la naissance) de nombreuses malformations cardiaques au cours de l’échographie morphologique de milieu de grossesse. La TGV est une malformation qui peut, en théorie, être dépistée in utero, mais ce n’est pas toujours facile. Il n’est par ailleurs pas toujours possible de dépister les éventuelles anomalies associées et les coronaires ne sont, en général, pas visibles in utero.
L’avantage de dépister cette malformation cardiaque in utero est de permettre l’organisation de la naissance de l’enfant dans un centre où il  peut être pris en charge immédiatement (parfois en salle d’accouchement même) et ce, sans devoir transférer l’enfant (et la maman) d’un hôpital à l’autre. Ceci permet souvent d’éviter une cyanose trop importante et donc de réduire le risque de mauvaise perfusion des organes. Il a été démontré scientifiquement que la mortalité autour de l’opération a nettement diminué grâce au diagnostic prénatal.



 
< Précédent   Suivant >