Si vous souhaitez nous donner un petit coup de pouce financier, votre contribution est la bienvenue sur notre compte

001-2723026-21
IBAN : BE17 0012 7230 2621
BIC : GEBABEBB
Tout don à partir de 40 € donne droit à une exonération fiscale.

 
OOPS. Your Flash player is missing or outdated.Click here to update your player so you can see this content.
Accueil
Qui sommes nous ?
Projets
Le Forum
Témoignages
Agenda
Nous soutenir
Informations
Publications
News

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

Statistiques

Membres: 13910
Publications: 166
Liens: 40
Visiteurs: 2786207
You are here: Accueil arrow Informations arrow Rubrique du Dr Sirop arrow Précautions pour les vacances
Précautions pour les vacances Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Vous vous demandez peut-être si des précautions spéciales sont nécessaires pendant les vacances pour les enfants cardiaques ou ex-cardiaques. (2006)

Il est évidemment difficile de donner des directives globales qui soient aussi ajustées au problème de chaque enfant en particulier. Voici cependant quelques lignes de conduite.

1. Voyage en avion:

Sauf cas tout à fait extrême qui aura été discuté avec le médecin, il n'y a aucun empêchement ni aucune précaution particulière pour le voyage en avion. La pression atmosphérique en haute altitude équivaut à celle de la montagne à 2.400 m. La pression partielle en oxygène à cette altitude est tout à fait satisfaisante et même si elle baisse un peu, l'inactivité forcée pendant le trajet rend cette réduction peu ou pas nuisible. Ce n'est qu' en cas de panne technique qu'il pourrait y avoir des difficultés. Mais dans ce cas, les problèmes sont les mêmes pour tout le monde. Sauf avis du médecin, il n'y a pas lieu de déclarer à l'avance que votre enfant est ou était cardiaque.

 2. Séjour en altitude:

La pression partielle en oxygène de l'air inspiré diminue de 12 mmHg par mille mètres. En raison de la relation particulière entre la saturation en oxygène et la pression artérielle (courbe de dissociation), notre saturation en oxygène baisse très peu jusqu'à 1.500 m. Tout le monde est donc en sécurité à ce niveau mais il est évident que le degré d'activité intervient déjà à ce stade. Ensuite, en montant les conditions d'oxygénation deviennent défavorables et obligent à réduire et à ralentir les efforts. Les enfants cyanosés ou en défaillance cardiaque ne peuvent pas monter plus haut que 1.000 à 1.500 m et les activités doivent être limitées.

 3. Exposition au soleil :

Tout le monde est au courant des campagnes de presse destinées à informer les vacanciers à propos des dangers d'une exposition prolongée au soleil. Les précautions préconisées concernent évidemment encore plus les enfants. Le soleil cause des brûlures de la peau dangereuses tant sur le plan local que sur le plan général. On évitera donc formellement de laisser les enfants habillés ou déshabillés immobiles (sieste ou endormissement) en plein soleil. Les premières expositions seront très limitées dans le temps (1/2 h à la piscine ou au bord de mer) et pourront être étendues au fur et à mesure que le bronzage apparaît. Utiliser des écrans solaires surtout chez les blonds. La cicatrice doit être protégée du soleil pendant la première année après l'opération. Ultérieurement, les précautions à cet endroit sont moins nécessaires car la cicatrisation est venue à maturité. Ne pas oublier de faire boire votre enfant s'il est exposé au soleil mais aussi pendant le voyage en voiture mal ventilée ou des coups de chaleur menacent.

 4. Natation :

D'après l'âge et la capacité de l'enfant, la natation est tout à fait autorisée et conseillée. Cependant, surveiller la natation en grande profondeur chez ceux qui ont un rétrécissement significatif de la valve aortique, éviter le séjour prolongé dans l'eau en cas de cyanose. Enfin, il est défendu de plonger dans l'eau froide après un bain de soleil prolongé.

 5. Alimentation :

Les habitudes alimentaires ne doivent en principe pas changer. Souvent, l'appétit est meilleur et permet d'amplifier une alimentation saine.

 6. Vaccinations :

Pendant les vacances, les enfants ont plus d'activités en plein air et les risques de contamination sont accrus (infection de plaie p.ex.). Il faut veiller à protéger votre enfant par une revaccination contre le tétanos (à faire tous les 5 ans pendant l'enfance) et contre la polio si vous allez dans un pays où la maladie peut encore exister (Caraïbes, Amérique latine, Afrique du Nord). Plus spécifiquement, une vaccination contre la fièvre jaune et les hépatites est indispensable pour séjourner en sécurité dans certains pays en voie de développement. Demander à votre médecin.

 7. Médicaments :

Si votre enfant prend des médicaments, il ne faut pas oublier de les prendre et de s'assurer que votre réserve est suffisante. Pour le reste, une petite pharmacie contenant désinfectants et pansements, fébrifuges et éventuellement, en accord avec votre médecin traitant, un antibiotique. N'oubliez pas de vous munir du formulaire E111 à demander à votre mutuelle.

8. Contrôle médical sur place :

Pour les petites maladies occasionnelles, les médecins sur place pourront vous aider et prescrire, le cas échéant, le médicament qui convient. Pour les aspects cardiologiques, les médecins de notre équipe pourront vous donner les coordonnées de centre de cardiologie pédiatrique le plus proche de votre lieu de vacances. D'autre part, vous pouvez toujours contacter le service par téléphone (32-2-764.13.80) ou par fax (32-2-764.89.11) en ayant sous la main les coordonnées de l'endroit où nous pourrons vous joindre.

 J'espère que ces quelques recommandations peuvent vous être utiles et nous restons, bien sûr, disponibles pour des informations complémentaires.
Bonnes vacances et beaucoup de bonheur à vous tous.

Docteur Sirop

 
< Précédent   Suivant >