D’abord, toutes mes félicitations pour la rédaction de ce journal qui pour moi est un modèle du genre, et qui, je suis sûre, aidera beaucoup de personnes dans des moments qui même avec le recul, restent des moments difficiles à « passer »!

Je suis la maman d’une « vieille » opérée du coeur; en effet, Nathalie a été opérée en mai 1971 d’une transposition des gros vaisseaux sanguins, opération jugée à l’époque comme très grave puisque Nathalie est restée six semaines aux soins intensifs, où elle a fait, au diable l’avarice, une complication pulmonaire après quelques jours.

Nathalie était mon troisième enfant et des gens complètement stupides se trouvent toujours dans vos alentours immédiats quand un malheur vous frappe, pour vous dire : mais il vous reste les autres!… Ces gens ignares ne savent pas que l’enfant qui est devant vous, et pour lequel vous êtes impuissant, vous l’avez attendu, vous l’avez espéré comme les autres! Qu’est devenue Nathalie???

La fierté de ma vie! Elle voue sa vie aux handicapés. Elle est maintenant monitrice reconnue par l’ACIH (Association Chrétienne des Invalides et Handicapés) et consacre une bonne partie de son temps libre à des enfants trisomiques, paraplégiques, handicapés mentaux ou autres. Nathalie a une voix assez rauque, due certainement à la réanimation (entubage prolongé). Elle ne veut rien y faire, il paraît que ça fait partie de son charme! Sa cicatrice? Elle ne l’empêche pas de suivre la mode : maillot très échancré, body en dentelles, maillot de bains etc!

Après la longue hospitalisation de Nathalie, un des médecins qui suivait Nathalie de très près m’a dit : « Attention Madame, le handicap d’un enfant n’est jamais qu’à l’importance que les parents y donnent! » Je m’aperçois aujourd’hui avec le recul, que ce médecin avait raison.

Nathalie fait de la natation, de l’équitation, de très longues promenades, souvent avec des handicapés, mais elle sait aussi faire des « javas » jusque quatre heures du matin avec d’autres moniteurs ou avec sa soeur. Apprenez à votre enfant à oublier les mots : cicatrices – handicap – opéré du coeur – pas comme les autres, car vous, jeunes parents, vous avez une fameuse chance que nous n’avions pas, c’est que tous ces petits enfants « pas comme les autres » sont maintenant « acceptés » par la société.


Une maman super fière de sa fille
,
Marie-Thérèse